Maman à Lyon - Activités enfant et ados

Un fils à Maman, roman choc sur les mères d'écrivain

C'est en compagnie d'Un fils à maman de Véronique Mougin aux éditions Flammarion que j'ai passé mes dernières soirées de lecture. Il m'a fallu plus de temps que d'habitude pour arriver au bout des 340 et quelques pages pour profiter à fond de la plume de l'auteure, que j'avais découverte avec Pour vous servir.

Chaque phrase est une pépite, riche de mots choisis avec soin, de références culturelles et de cocasseries un peu cyniques ! Car, dans cette histoire, tout la galerie de personnages éclectiques se retrouve bien égratignée !

Un fils à Maman, roman choc sur les mères d'écrivain

J'ai d'abord détesté le personnage principal, Jo Picassiette. C'est la mère poule trop possessive, qui a du mal à lâcher son enfant. Elle ne pense non pas à ce qu'il aimerait lui mais la vie, mais voit uniquement ce qui la rend heureuse elle, aux côtés de son fils. Elle développe la nostalgie de l'enfance et regrette l'époque où elle et la nature représentaient un horizon suffisant pour le petit garçon aux bottes en plastique jaunes.

On sent bien que ce comportement est celui d'une mère qui éprouve un amour inconditionnel pour son enfant. D'autant qu'on comprend qu'elle-même a eu une enfance particulièrement difficile. Néanmoins, ce n'est pas ma conception de la maternité, qui est plutôt d'amener l'enfant vers l'autonomie. Nous sommes là pour donner à l'enfant un cadre rassurant, un environnement aimant et les clés pour qu'il développe sa propre personnalité et fasse ce qui le rend heureux, même si c'est différent de ce qui nous ferait plaisir à nous les parents.

Ajoutez là-dessus un comportement des plus rustres de Jo Picassiette avec n'importe lequel de ses prochains (elle crève les pneus des promeneurs à vélo qui ont la mauvaise idée de s'arrêter près de chez elle, elle va même jusqu'à détruire le précieux carnet d'écriture de son fils tête en l'air), et vous avez théoriquement une mère des plus antipathiques.

Mais, par moments, elle se révèle aussi attachante dans sa façon de communier avec la nature et de voir le beau de sa campagne de Chandoiseau ou de se jeter corps et âme dans la lecture d'ouvrages sur les mères d'écrivains, comme Vitalie Rimbaud ou Jeanne Proust.

Un fils à Maman, roman choc sur les mères d'écrivain

4e de couverture

Quelle mouche a donc piqué Charly Picassiette ? A peine majeur, il veut quitter sa mère poule, leur ferme des collines, leur village. Paris l'attend, paraît-il, et puis la gloire : le garçon s'apprête à publier un " roman " très autobiographique où tous ses proches pourront se reconnaître. Mais Madame Picassiette et ses voisins ne l'entendent pas de cette oreille : pas question de laisser le mioche gâcher sa vie et raconter la leur. Au Chandoiseau (14 habitants, 3 chèvres), l'heure de la mobilisation générale a sonné...

Dans "ce trou de verdure", on découvre également la pétillante Suzanne qui n'y voit plus guère, Saturnin Fabre, le maire muet, Ari Lemercier, le voisin détesté, Mademoiselle Sophie, l'intransigeante bibliothécaire, Yvonne Zambard, la prof de lettres déjantée... Et tous vont se retrouver, bien malgré eux, sous les feux de la rampe à travers le roman autobiographique de Charly, où tout le monde en prend pour son grade !

Dans cette histoire, j'ai été étonnée du langage fleuri, de l'attitude agressive et désespérée de Jo Picassiette, qui envisage des solutions les plus folles à son problème, le départ de son fils. C'est d'ailleurs un roman qui m'a mise mal à l'aise à de nombreuses reprises, mais il a le mérite de fourmiller de sujets d'intérêts : la vie à la campagne, le monde de l'édition... et la relation mère-fils !

Entre tous, c'est celui que je retiendrai, cet amour maternel complètement fou qui fait, par moments, aussi mal qu'il remplit de joie. L'auteure nous montre ainsi comment ce que la mère a pensé faire pour le bien de son  fils (la vie proche de la nature, en autarcie, avec les récoltes de la ferme...) a été vécu comme une souffrance par celui-ci.

Extrait :

"Charly en avait assez. Il voulait un monde à l'endroit. Il voulait des gens bavards autour de lui et des objets muets. Et puis un steak, un bon gros steak bien saignant."

Et je crois que c'est malheureusement le lot de toute mère, en dépit de notre envie de faire pour le mieux pour nos enfants, ceux-ci auront certainement toujours des reproches à nous faire.

Heureusement, ceux-ci peuvent la plupart du temps être surmontés et enterrés. Et c'est sur une note positive que s'achève cette histoire inattendue au comique mordant !

 

Un roman qui remue et ne laisse pas indifférent !

 

livre reçu en service de presse

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Lucky Sophie

Blog d'une maman de 3 enfants à Lyon (la Miss 16 ans, le p'tit gars 14 ans et P'tit Lucky 10 ans). Nos bons plans de parents : idées de sorties, jeux, activités créatives, voyages... En général, j'accumule les pas-de-bol d'où le titre de ce blog... pour conjurer le sort !
Voir le profil de Lucky Sophie sur le portail Overblog

Commenter cet article