Maman à Lyon - Activités enfant et ados

The dig, roman de la grande découverte archéologique britannique

De temps à autre, je sors de mon genre de prédilection en matière de livres -le polar- pour m'ouvrir à d'autres styles. J'ai été attirée par le description de The Dig roman historique de John Preston, paru chez HLAB, la nouvelle maison d’édition 100% digitale d’Hachette et qui a servi de base pour un film Netflix diffusé en janvier 2021.

"Un compte rendu brillamment réalisé de la fouille archéologique la plus célèbre en Grande-Bretagne à l'époque moderne."

"Un compte rendu brillamment réalisé de la fouille archéologique la plus célèbre en Grande-Bretagne à l'époque moderne."

"Un récit brillamment réalisé de la fouille archéologique la plus célèbre de l'histoire britannique, maintenant un film avec Ralph Fiennes, Carey Mulligan et Lily James.

Au cours du long été chaud de 1939, la Grande-Bretagne se prépare à la guerre. Mais dans une ferme au bord d'une rivière dans le Suffolk, se manifeste une agitation d'un autre genre : Mme Pretty, une fermière veuve, a l'intuition que les monticules étranges sur sa terre contiennent un trésor enfoui. Alors que les fouilles se déroulent dans un contexte d'anxiété nationale croissante, il devient clair qu'il ne s'agit pas d'une découverte ordinaire...
La reconstitution par John Preston de la fouille de Sutton Hoo - la plus grande découverte anglo-saxonne jamais réalisée en Grande-Bretagne - met en scène avec brio ces trois mois d'activité intense où l'amour et la rivalité ont fleuri dans une égale mesure."

Et je vais être franche : je me suis royalement ennuyée ! Enfin, au début surtout. C'est un récit vraiment très descriptif où il n'y a pas beaucoup de dialogues ou d'action, et même peu de personnages. En ce sens, ça doit bien retranscrire la frustration de l'archéologue qui cherche, creuse, creuse et creuse encore pendant des jours sans tomber sur rien. Il y a tout de même une atmosphère prenante, avec beaucoup de non-dits, qui m'a suffisamment titillée pour poursuivre ma lecture.

Fidèle à mon principe de ne jamais abandonner un livre en cours de route, je me suis accrochée et ça s'est un peu amélioré à partir de la trouvaille du trésor. De nouveaux personnages interviennent, des sujets émergent : le trésor doit-il appartenir au propriétaire du terrain ou au musée qui fait la fouille ? Quelle reconnaissance l'archéologue qui fouille peut-il attendre quand il n'est pas affilié à un grand musée ?

Sur la forme, le roman est divisé en plusieurs parties, menées par différents narrateurs : Basil Brown, Mrs Pretty, Mrs Piggott… qui racontent chacun une partie du récit, cela amène une certaine dynamique et fait pointer du doigt les difficultés de chacun... et le peu de cas qui est fait d'eux dans l'histoire. En ce sens j'ai bien aimé la partie du petit Robert qui revient sur les terres de son enfance des dizaines d'années plus tard et prend des nouvelles de ceux qui ont participé à ce chantier historique.

Toutes les amorces d'intrigues amoureuses, que le résumé laissait attendre, finissent en pétard mouillé. Et même l'urgence d'agir avant l'entrée imminente dans la Seconde Guerre Mondiale n'arrive pas à nous émouvoir durablement.

Malgré tout, j'ai apprécié de lire ce livre que John Preston a écrit en 2007 après la mort de sa tante, lorsqu'il s'est aperçu que cette brillante archéologue, Peggy Pigott, avait fait ses débuts dans le métier sur ce chantier... sélectionnée en raison de son faible poids !

J'ai d'autant apprécié la lecture de cette histoire qu'il s'agit d'une trouvaille extraordinaire, aujourd'hui exposée au British Museum (et qu'on a sûrement vu lors de notre voyage à Londres, mais le musée est tellement riche que je ne m'en souviens pas spécialement).

John Preston est le neveu de l'archéologue Margaret Guido (née Preston et surnommée Peggy, 1912-1994), qui a participé aux fouilles de Sutton Hoo, dans le Suffolk.

John Preston est le neveu de l'archéologue Margaret Guido (née Preston et surnommée Peggy, 1912-1994), qui a participé aux fouilles de Sutton Hoo, dans le Suffolk.

Note de l'auteur :

Ce roman se base sur les évènements ayant eu lieu à Sutton Hoo, dans le Sufflok, durant l'été 1939. Certains changements ont été faits pour l'effet dramatique.

Le film Netflix semble plus prenant avec de beaux paysages et des scènes de romance sans doute plus présentes d'autant que les âges des personnages y ont été modifiés.

 

Et vous, quel est votre style de livre favori ?

livre reçu en service de presse numérique

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Lucky Sophie

Blog d'une maman de 3 enfants à Lyon (la Miss 16 ans, le p'tit gars 14 ans et P'tit Lucky 10 ans). Nos bons plans de parents : idées de sorties, jeux, activités créatives, voyages... En général, j'accumule les pas-de-bol d'où le titre de ce blog... pour conjurer le sort !
Voir le profil de Lucky Sophie sur le portail Overblog

Commenter cet article
V
Je l'ai vu et je le conseille. C'est très bien filmé. J'ai aimé ce film pour la lenteur et le calme des scènes (ça change des films américains survoltés) et les émotions que les acteurs ont très bien réussi à exprimer. On y retrouve Johnny Flynn (Dylan) de Lovesick et Lily James (Rose) de Downtown Abbey.
Répondre
L
Merci du conseil !!