Maman à Lyon - Activités enfant et ados

Les soeurs du mal, thriller inspiré d'une histoire vraie

Je n'ai pas vraiment réussi à être transportée par ce thriller, Les Soeurs du mal de Alice Clark-Platts aux éditions Hauteville, inspiré d'une histoire vraie, même si ce fut une lecture plutôt intéressante.

Deux soeurs, Lila, 10 ans et Rose, 6 ans, les "Flower Girls", ont tué une petite fille de 2 ans.

Les soeurs du mal : trois enfants vont jouer au parc, l'un d'eux ne reviendra pas.

Les soeurs du mal : trois enfants vont jouer au parc, l'un d'eux ne reviendra pas.

4e de couverture :

Et si les enfants étaient capables du pire ?

1997, dans une petite ville d'Angleterre. Une fillette est sauvagement assassinée. Quand on retrouve les coupables, c'est la stupéfaction : il s'agit de Lila et Rose Bowman, respectivement âgées de dix et six ans. L'affaire défraye la chronique et les deux soeurs font la une de la presse à scandale. Si Lila est jugée coupable de meurtre, Rose, trop jeune pour répondre de ses actes, est remise en liberté sous une autre identité. 

Près de vingt ans plus tard, alors que Lila est toujours derrière les barreaux, sa soeur passe des vacances dans le Devon avec son compagnon. Quand une fillette disparaît de l'hôtel où elle réside, elle redoute que sa véritable identité soit révélée, car elle risque fort de devenir le suspect numéro un...

Un thriller psychologique époustouflant, inspiré d'une histoire vraie.

« Un roman noir aussi troublant que captivant. » The Sun

« Habilement construit, un roman rythmé et incroyablement percutant. » The Observer

Les soeurs du mal, thriller inspiré d'une histoire vraie

Rose, trop jeune pour être jugée et souffrant d'amnésie après cet épouvantable crime et ses parents ont refait leur vie sous une autre identité pour échapper au lynchage public de ce crime abject.

Extrait :

« Leur maison avait été recouverte d'insultes, leur boîte aux lettres recouverte d'excréments. On avait envoyé un cocktail Molotov contre leur porte d'entrée. Les lettres de menaces s'étaient multipliées. Une fois le procès terminé, la police leur avait conseillé de déménager et de changer d'identité. Si elles venaient à être démasquées, on leur ferait du mal. »

Pendant ce temps-là, Lila croupit en prison, abandonnée par toute sa famille sauf son dévoué oncle qui est aussi son avocat. Malheureusement, toutes ses demandes de liberté conditionnelle sont rejetées.

Mais 18 ans plus tard, la couverture de Rose -devenue Hazel- éclate lorsqu'une petite fille disparaît bizarrement dans l'hôtel où elle est descendue avec son petit ami : le harcèlement de la presse reprend.

Et si c'était le moment pour Rose de reprendre contact avec sa soeur, de retrouver la mémoire et peut-être de l'aider à sortir de prison ?...

Malgré une construction classique plutôt efficace (on alterne les épisodes du passé et du présent), on se doute assez rapidement que l'apparente innocence de Rose pour les deux affaires cache quelque chose. Et c'est sans doute pourquoi la mayonnaise n'a pas trop pris avec moi, même si j'ai lu le livre avec plaisir jusqu'à la fin et que j'ai d'ailleurs apprécié le petit twist surprenant du dénouement.

En toile de fond, le livre pose la question intéressante de l'origine de la violence et de la cruauté chez un enfant : peut-on rejeter la faute sur l'éducation des parents ou un enfant peut-il tout simplement être "le mal incarné" en dépit d'un environnement stable et "normal" ?

 

Un thriller plutôt bien mené, inspiré de la tragique affaire James Bulger et des enfants tueurs de Liverpool.

Les soeurs du mal, thriller inspiré d'une histoire vraie

livre reçu en service de presse

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Lucky Sophie

Blog d'une maman de 3 enfants à Lyon (la Miss 16 ans, le p'tit gars 14 ans et P'tit Lucky 10 ans). Nos bons plans de parents : idées de sorties, jeux, activités créatives, voyages... En général, j'accumule les pas-de-bol d'où le titre de ce blog... pour conjurer le sort !
Voir le profil de Lucky Sophie sur le portail Overblog

Commenter cet article