Lucky Sophie blog famille voyage

Maman à Lyon - Activités enfant et ados

Captifs de Kévin Brooks

Avant même de démarrer la lecture de Captifs de Kévin Brooks, je savais que ça serait une lecture un peu spéciale.

Tout d'abord parce que mes précédentes lectures chez Super 8 éditions sortaient, agréablement (en tous cas pour moi), des sentiers battus mais présentaient tous un certain degré de folie noire (Le monde caché d'Axton House d'Edgard Cantero, Le contrat Salinger d'Adam Langer et Sujet 375 de Nikki Owen).

Ensuite, parce que ce livre honoré Outre-Manche par la très prestigieuse médaille Carnegie, avait fait l'objet d'une très virulente polémique : on lui reproche sa violence et son nihilisme absolu.

Captifs de Kévin Brooks

Voici le pitch :

Linus, 16 ans, se réveille un matin sur le sol d'un sinistre bunker souterrain. Sans eau, sans nourriture, sans explication. Il a été kidnappé. Mais pourquoi ?

Les jours passent et de nouvelles victimes arrivent : une jeune femme, une petite fille, un toxicomane... Tous capturés en pleine rue et désormais enfermés. Surveillés.

Bientôt, et tandis que le temps commence à perdre sa réalité, une horrible vérité se fait jour. Il ne s'agit plus de sortir - c'est manifestement impossible - mais de survivre... En espérant obtenir une réponse à la seule question qui vaille : Pourquoi ?

J'ai été captivée par ce récit, écrit par le pauvre Linus, à partir du moment où il se retrouve emprisonné, suite à son kidnapping.

On y suit lentement la découverte de son environnement (un bunker désert avec 6 cellules vides, tous les couverts par 6, un ascenceur comme seul point d'entrée / sortie, des caméras et des micros privant de toute intimité), les tentatives désespérées d'évasion, l'arrivée de nouveaux codétenus, les jours fastes où il y a à manger, les moments agréables, et ceux où l'horreur ne semble pas avoir de limite.

 

Effectivement, comme Linus l'avait anticipé, les 6 cellules se remplissent au fur et à mesure des nouveaux kidnappings, et à chaque nouvelle personnalité qui arrive, un nouvel équilibre de relations se crée.

Une expérience de cohabitation surprenante, tantôt presque acceptable, tantôt terrible, entre six personnes venues d’horizons totalement différents : un jeune SDF en rupture avec une famille aisée, une innocente et vulnérable petite fille de 9 ans, un toxicomane sur les nerfs, un scientifique brillant affaibli par l'âge et la maladie, un consultant arrogant et une jeune femme hautaine.

Cela donne un huit-clos, dont la tension palpable, devient peu à peu insupportable à nos yeux de lecteurs-voyeurs.

 

Evidemment, le pourquoi de cette horrible expérience nous taraude au fil des pages, même si les prisonniers ont une bonne piste : c'est seulement un homme mauvais qui s'amuse à les torturer, qui joue avec eux, comme un enfant le ferait avec une fourmilière.

Et il y a un côté culpabilisant pour le lecteur qui se trouve spectacteur, un peu comme le tortionnaire derrière ses caméras (à un moment on s'interroge inévitablement sur le caractère malsain de cette lecture).

 

Ce qui est déstabilisant, c'est la fin. Car tout au long de la lecture, notre cerveau occidental qui est habitué aux "happy ends", garde l'espoir d'un revirement de situation.

Mais pas ici. La lecture du journal de Linus avec le décompte des jours de captivité, rythmé par les allers et venues de l'ascenseur, tantôt porteur de bonnes nouvelles, tantôt désespérement vide de toute nourriture, devient de plus en plus éprouvante, même si le suspens est plutôt habilement ménagé.

L'horreur ne fait que s'accentuer graduellement et, en cela, je comprends la polémique autour de ce livre.

 

Il est dur, une fois la dernière page achevée, d'en tirer une note ou un enseignement positif, si ce n'est de bien apprécier chaque jour qui nous est offert, car on ne sait pas de quoi demain sera fait.

 

Je ne conseillerai donc pas ce thriller psychologique aux personnes qui broient déjà un peu du noir, mais je l'ai trouvé saisissant d'angoisse.

 

reçu en service de presse

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Lucky Sophie

Maman lyonnaise de 3 enfants (la Miss 15 ans, le p'tit gars 13 ans et P'tit Lucky 9 ans), j'ai envie de partager, dans la bonne humeur, bonheurs, galères et bons plans de parents (sorties, jeux, voyages). En général, j'accumule les pas-de-bol d'où le titre de ce blog... pour conjurer le sort !
Voir le profil de Lucky Sophie sur le portail Overblog

Commenter cet article

swettylux 27/04/2016 10:02

ah oui il a lair chouette !!! mercii du partage

Lucky Sophie 27/04/2016 10:15

Ce livre est très étonnant mais bien construit et bien écrit.