Lucky Sophie

Blog maman pour s'amuser et voyager en famille !

Dans le désert, carnet de voyage au Qatar

Dès que j'ai lu la dernière de couverture de Dans le désert par Julien Blanc-Gras aux éditions Au Diable Vauvert, j'ai su que j'allais dévorer ce livre, qui me rappellerait certainement par de nombreux aspects notre voyage à Dubaï (même si son voyage se déroule principalement au Qatar, réputé plus "strict" que Dubaï).

Dans le désert, carnet de voyage au Qatar

"Du Qatar à Oman, en passant par Dubaï et le Bahreïn, Julien Blanc-Gras nous guide à travers un nouveau monde à la démesure fascinante où tout peut arriver, pour le meilleur ou pour le pire."

Mais tout d'abord : pourquoi aller là-bas ?

"Les mauvais augures se sont déchaînés quand j'ai annoncé mon intention de visiter la péninsule arabique. Moues dubitatives, au mieux. Que vas-tu faire dans cette galère ? s'écriait la foule. C'est la région la plus ennuyeuse qui soit, affirmait un grand baroudeur."

Voilà comment l'auteur introduit l'objet de son voyage :

"On en parle beaucoup, de ces pétromonarchies du golfe, et on n'en parle pas beaucoup en bien. Elles sont accusées, pêle-mêle, d'acheter la France, de financer le terrorisme, d'opprimer les femmes, de pratiquer l'esclavage et de s'accaparer les meilleures pièces du magasin Vuitton des Champs-Elysées. On en parle surtout de loin et j'ai envie de voir de plus près."

C'est exactement ce qui nous a plu dans notre voyage à Dubaï, voir en vrai ces constructions démesurées, tour la plus haute du monde, piste de ski indoor, parcs aquatiques incroyables, qui ont poussé au milieu du désert, grâce à la combinaison d'une ambition dévorante et d'un flot d'argent incroyable.

Mais il y a aussi l'envers du décor qui inévitablement gêne le citoyen européen : les conditions de travail indécentes des ouvriers, la position bridée de la femme dans la société et l'absence de liberté d'opinion telle qu'on la conçoit en France.

 

Morceaux choisis :

"il a épousé une étrangère (musulmane toutefois, il ne faut pas pousser le bouchon). Pour cela, il a dû demander une autorisation spéciale. Dans l'hypothèse inverse, si une Qatarie souhaite épouser un étranger, il y a une solution : il faut qu'elle oublie cette idée saugrenue."

"Je ne crois pas avoir vu une Omanaise depuis mon arrivée. Elles sont pour ainsi dire absentes de l'espace public, confinées au foyer. Les maisons de Khasab sont presque toutes équipées de paraboles. Que se passe-t-il dans la tête d'une femme assignée à résidence qui ne connaît pas son voisin mais voit les images du monde entier défiler dans son salon ?"

 

De la possibilité de consommer de l'alcool réservée aux étrangers à l'impossibilité pour une femme Qatari d'épouser un étranger, de l'oisiveté de la jeunesse Qatari à l'importance pour leur parents de leur transmettre racines et culture d'une population du désert qui vivait de la pêcher perlière, on suit le voyage-enquête de Julien Blanc-Gras avec hochements de tête et frémissements.

 

Car au-delà des clichés habituels, l'auteur nous livre aussi de précieuses informations pour comprendre les Qataris.

"La crainte de la dilution culturelle, une obsession. Pour essayer de la comprendre, mettons-nous dans la peau d'un Qatari. Il est minoritaire dans son pays où l'hindi et l'ourdou sont davantage parlés que l'arabe. Quand il s'aventure dans un magasin, il doit le plus souvent s'exprimer en anglais s'il veut se faire comprendre, car le personnel est invariablement immigré. Parfois, les enfants éduqués dans les écoles étrangères parlent anglais entre eux. Le niveau d'arabe classique baisse.

L'anxiété sur les questions d'identité nationale : voilà enfin un point commun entre la France et le Qatar. Imaginons que la langue arabe supplante le français dans l'Hexagone."

 

C'est l'oeil lucide et la plume teintée d'ironie de l'auteur qui m'ont séduites dans ce carnet de voyage, qui se dévore rapidement, mais reste longtemps en mémoire.

 

reçu en service de presse

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Lucky Sophie

Parisienne de cœur & lyonnaise d'adoption, maman de 3 enfants (la Miss 12 ans, le p'tit gars 10 ans et P'tit Lucky 6 ans), j'ai envie de partager, dans la bonne humeur, bonheurs, galères et bons plans de parents ! En général, j'accumule les pas-de-bol d'où le titre de ce blog... pour conjurer le sort !
Voir le profil de Lucky Sophie sur le portail Overblog

Commenter cet article

sysyinthecity 17/09/2017 17:03

Merci pour la découverte !

Lucky Sophie 18/09/2017 08:32

Avec plaisir ! L'auteur a un franc-parler teinté d'humour qui rend la lecture vraiment chouette !