Lucky Sophie

Blog maman pour s'amuser et voyager en famille !

Hillbilly élégie, l'Amérique blanche et pauvre des Appalaches

En me plongeant dans Hillbilly élégie de J.D. Vance aux éditions Globe, je ne savais pas trop si ça allait être un roman très politique ou plutôt autobiographique.

Je crois qu'au début, l'auteur lui-même hésitait un peu à prendre la voie du roman autobiographique et à se livrer totalement : il voulait surtout donner une explication politique aux votes des hillbillies (l'équivalent en français serait péquenots), des américains des Appalaches d'origine irlando-écossaise.

Mais en fait ce livre est surtout un témoignage personnel, qui permet à l'auteur d'utiliser sa notoriété pour mettre un coup de projecteur sur ces blancs pauvres des Appalaches, milieu dans lequel il a grandi.

Hillbilly élégie, l'Amérique blanche et pauvre des Appalaches

4ème de couverture :

Dans ce récit à la fois personnel et politique, J.D. Vance raconte son enfance chaotique dans les Appalaches – cette immense région des Etats-Unis qui a vu l'industrie du charbon et la métallurgie péricliter.

Il décrit avec humanité et bienveillance la rude vie de ces " petits Blancs " du Midwest que l'on dit xénophobes et qui ont voté pour Donald Trump.

Roman autobiographique, roman d'un transfuge, Hillbilly Elégie nous fait entendre la voix d'une classe désillusionnée et pose des questions essentielles : Comment peut-on avoir du travail et ne pas manger à sa faim dans le pays le plus riche du monde ? Comment l'Amérique démocrate, ouvrière et digne est-elle devenue républicaine, pauvre et pleine de rancune ?

Si au début, le texte est truffé de références à des études ou publications, au fil des pages, le récit devient plus personnel.

J.D. Vance nous explique qu'il était un enfant voué à l'échec scolaire et professionnel de part le milieu dans lequel il est né : "avec sa faible mobilité sociale, sa pauvreté, les divorces et la consommation de drogue, ma région est un concentré de misère."

Abandonné par son père biologique dans son enfance, trimballé de foyer en foyer au gré des mariages de sa mère qui finissaient toujours en disputes violentes à cause de son addiction aux médicaments, c'est en se réfugiant chez ses grands-parents travailleurs, mais aux réactions excessivement violentes, que J.D. Vance arrive à peu près à poursuivre une scolarité, sans plonger lui-même trop tôt dans une vie d'adulte avec enfants, violences et addictions, comme la plupart des hillbillies.

Il dévoile à quel point son engagement dans les Marines lui a permis d'acquérir le sens des responsabilités qu'on attend d'un adulte (savoir gérer un budget et économiser, prendre soin de son alimentation et de sa santé...), tout ce que sa famille ne lui avait pas transmis.

Il montre surtout à quel point lorsqu'il arrive à intégrer une université prestigieuse en bénéficiant d'une bourse, ses références familiales de pauvre blanc des Appalaches sont un handicap pour évoluer dans ce milieu aisé et cultivé.

Je suis ressortie de cette lecture complètement déprimée. Moi Maman un peu poule, ça m'a attristée de voir comment des enfants peuvent être élevés dans un tel chaos affectif, sans repère stable et soumis à des scènes de violence inouïe, alors même que la mère a une certaine éducation, un emploi d'infirmière et qu'elle incite ses enfants à lire.

Ce n'est pas le genre de livre qu'on lit pour son exceptionnelle écriture, mais il a le mérite de nous ouvrir les yeux et nous faire pénétrer dans le quotidien de gens en détresse, tel un reportage.

On sent une certaine fierté de l'auteur de s'être "tiré de là" et de n'avoir pas reproduit le modèle d'échec maternel, on sent surtout une immense gratitude envers ses grands-parents, qui bien qu'un peu spéciaux, ont su lui donner amour, envie d'apprendre et confiance en lui.

 

livre reçu en service de presse

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Lucky Sophie

Parisienne de cœur & lyonnaise d'adoption, maman de 3 enfants (la Miss 12 ans, le p'tit gars 10 ans et P'tit Lucky 6 ans), j'ai envie de partager, dans la bonne humeur, bonheurs, galères et bons plans de parents ! En général, j'accumule les pas-de-bol d'où le titre de ce blog... pour conjurer le sort !
Voir le profil de Lucky Sophie sur le portail Overblog

Commenter cet article

Petite G 19/09/2017 21:21

J'ai très envie de le lire celui-là !

Lucky Sophie 19/09/2017 21:42

C'est un témoignage vraiment intéressant (et une triste réalité )